• Accueil
  • > Archives pour octobre 2014

Le héron cendré (mes sources)

Posté par Koi by Koi le 22 octobre 2014

Sources :

grey heron

nishikigoi-bassin.com

www.oiseaux.net

www.canal-u.tv

educatif.eau-et-rivieres.asso.fr

www.oiseaux-birds.com

fr.wikipedia.org

www.pratique.fr

www.oiseau-libre.net

leratdeschamps.over-blog.fr

Publié dans AUTOUR DU BASSIN | Pas de Commentaire »

Le héron cendré (partie VI : Reproduction)

Posté par Koi by Koi le 22 octobre 2014

Reproduction :

 

 Les hérons cendrés se reproduisent de février à juillet. Ils nichent généralement en colonies, appelées héronnières, au sommet des arbres, aux bords des lacs et des rivières.

 

Heronniere

 

Les hérons y construisent un nid plat, en forme de plate-forme. Le nid est une plate-forme faite de rameaux de bois et de roseaux, ainsi que de laîches (plante vivace de la famille des cypéracées, qui pousse dans les marécages ou dans les sables). Les matériaux varient avec l’habitat. A l’intérieur de cette grande structure, le héron cendré façonne un creux avec des brindilles, des joncs et de l’herbe. Ce nid peut servir plusieurs années de suite et sera régulièrement consolidé, il pourra ainsi atteindre 1 mètre de diamètre et 50 centimètres d’épaisseur. Le mâle apporte les matériaux et la femelle qui reste au nid presque toute la journée, assure la construction en entrelaçant les branches et les laîches.

 

4543620051_b91dd2a5ce_z

 

La parade nuptiale du héron cendré est une cérémonie très compliquée. Le héron qui arrive au nid hérisse sa crête, tout en lançant un cri aigu et dur. Celui qui occupe déjà le nid répond en étirant le cou au maximum vers le haut, le faisant aller d’avant en arrière, pointant le bec vers le ciel, et fléchissant les pattes afin que le corps se trouve au niveau du nid. Ensuite, il abaisse le cou, mettant sa tête au niveau de ses pattes, et claque du bec bruyamment.

En réalité, cette cérémonie consiste à appeler le mâle de manière insistante depuis le vieux nid, en utilisant les mêmes gestes et en prenant fréquemment un rameau de bois dans le bec. Si une femelle s’approche et entre brusquement dans le petit territoire du nid, elle peut être immédiatement expulsée par le mâle. Les femelles ne gagnent la confiance des mâles qu’en adoptant une attitude souvent douce et timide. Quand l’une d’elles est acceptée, le mâle claque du bec entre 20 et 40 fois. Le couple ne dure que le temps d’une saison de reproduction.

 

La parade nuptiale :

Image de prévisualisation YouTube

L’accouplement :

Image de prévisualisation YouTube

 

La femelle viendra y pondre de 3 à 6 œufs bien clairs (les œufs sont pondus tous les deux jours), cependant ce nombre peut être largement dépassé voire doublé. Ces œufs vont être couvés alternativement par les deux parents pendant 25 à 28 jours. A la naissance, les héronneaux ont une apparence grotesque, avec le duvet de la tête très abondant.

 

héronneaux

A mesure que les petits grandissent, leur appétit devient gargantuesque et les deux parents doivent pêcher sans relâche, chacun de son côté. Les jeunes prennent leur envol vers 50 jours et quittent le territoire des parents au bout de 8 à 9 semaines.

nourrir héronneaux

 

Les œufs peuvent être pillés par des fouines. Les petits dévorés par des martres ou des vautours.

 

Publié dans AUTOUR DU BASSIN | Pas de Commentaire »

Le héron cendré (partie V : Alimentation)

Posté par Koi by Koi le 22 octobre 2014

Alimentation :

 

Le héron cendré est un oiseau carnivore. Il se nourrit habituellement seul et défend sa zone d’alimentation. Son régime alimentaire est composé essentiellement de poissons. Ce régime piscivore est complété par des insectes, des serpents (couleuvres), des oisillons aquatiques, des petits rongeurs et quelques batraciens.

Blue Heron #3

 

La technique de chasse du héron est semblable à celle de nombreux échassiers. Il se déplace dans quelques centimètres d’eau à la recherche de poissons. Il pratique une chasse « à l’affût » et peut rester complètement immobile de longues minutes en attendant un repas éventuel. Sa taille lui permet de repérer les proies de loin. Ses pattes fines pénètrent dans l’eau silencieusement. Sans alerter sa future victime, l’oiseau peut s’en approcher à quelques centimètres. Ensuite, l’action est très rapide. Le héron projette avec précision son cou vers le poisson qu’il saisit dans son bec. Il l’avalera la tête la première pour éviter les blessures pouvant être occasionnées par les épines dorsales ou les écailles de l’animal.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Il peut utiliser ses ailes pour effrayer la proie en les ouvrant et fermant en alternance, ou les utiliser comme une ombrelle, afin d’attirer la proie dans l’ombre, mais aussi de réduire la lumière pour une meilleure visibilité.

Il lui arrive aussi d’utiliser ses pattes, enfonçant l’une d’elles dans l’eau ou la vase afin de faire sortir les proies, ou encore en faisant vibrer une patte dans le même but.

 

Il peut digérer les arrêtes mais il n’en est pas de même pour les poils de rongeurs qu’il rejette sous forme de pelotes.

 

pelotes rejection

 

Ce régime alimentaire varié permet à l’espèce d’exploiter différents milieux, cours d’eau et plans d’eau, marais, zone humides, prés, et même des espaces verts urbains.

Publié dans AUTOUR DU BASSIN | Pas de Commentaire »

Le héron cendré (partie IV : Habitat, Comportement)

Posté par Koi by Koi le 22 octobre 2014

Habitat :

 

Le héron cendré est un résident relativement commun et répandu dans la plupart des pays de l’Europe. On le trouve aussi en Asie et dans certaines parties de l’Afrique. Nous pouvons observer la migration des oiseaux du Nord vers le Sud pendant les hivers durs.

Les hérons fréquentent n’importe quelle zone humide (marais, cours d’eau, étangs…) où ils peuvent trouver de la nourriture. Ce peut être de l’eau douce, saumâtre ou salée, dormante ou courante, du moment qu’elle est peu profonde. Ils peuvent aussi fréquenter les forêts à proximité des eaux. Grand échassier solitaire (en dehors de la période de nidification), cet oiseau se perche communément dans de grands arbres le long des étangs.

C’est un migrateur partiel qui ne se déplace généralement pas au-delà de 500 Kilomètres ; le héron a un territoire peu étendu. Certains sujets demeurent même sédentaires.

 

 heron vol

 

Comportement :

 

Le héron cendré est facile à observer. Il laisse des traces sur des terrains humides (sable, vase…). Son cri est un fort croassement « fraaank ». Le plus souvent émit pour marquer leur territoire à l’adresse de leurs congénères.

 

http://www.web-ornitho.com/chants/heron.wav

 

Le Héron cendré, comme beaucoup d’Ardéidés, peut rester immobile pendant de longs moments sur la rive, en attendant le passage d’une proie. Il peut avoir des attitudes curieuses : rester des heures, posé sur une seule patte, complètement inactif s’il n’est pas dérangé. Il enfonce son cou dans les épaules, seule la tête et le bec à l’horizontale semblent surgir de son corps.  S’il perçoit une menace, il étire son cou tout en restant immobile et vigilant, et peut s’envoler dans l’instant.

 

heron cendre

 

Souvent solitaire ou en petits groupes lâches, il forme néanmoins des colonies lors de la reproduction. Lorsqu’ils sont en groupes, les hérons cendrés cheminent alignés, surtout au crépuscule, picorant ici et là.

Le vol du héron est lourd et puissant, il bat lentement des ailes, la tête repliée en arrière (cou lové en S) et les pattes tendues. Ceci est caractéristique des hérons, à l’opposé des cigognes, des grues et des spatules qui étendent leur cou en volant. Apparemment lent, il va tout de même à 45 km/h. Il plane parfois, surtout avant d’atterrir.

Cet oiseau n’a pas beaucoup de prédateurs. Adulte et en bonne santé, ils n’ont aujourd’hui pratiquement plus à craindre les hommes. Il est même capable de vivre près de l’homme et peut ainsi être vu en pleine ville à proximités des plans d’eau et cours d’eau urbains (sa distance de fuite est considérablement raccourcie et il peut parfois se laisser approcher à quelques mètres.  Ils doivent tout de même se méfier des rapaces de grande taille comme les gerfauts, les aigles ou les hiboux grands-ducs.

 

SONY DSC

Danger pour l’homme : Prudence quand il se prend par mégarde dans un filet ! Son bec acéré entame cruellement les mains des pêcheurs. Il est l’ennemi des pisciculteurs dont il détruit ou blesse une partie de la production. Un truc pour s’en protéger : tendre un fil autour de la pièce d’eau. Contrairement au cormoran, jamais un héron ne se pose directement sur l’eau. C’est à pied qu’il va à la pêche…

 

Publié dans AUTOUR DU BASSIN | Pas de Commentaire »

Le héron cendré (partie III : Protection et menace, Histoire)

Posté par Koi by Koi le 22 octobre 2014

Protection et menace :

 

Le héron cendré bénéficie d’une protection totale depuis 1974 (Menacé et chassé, le héron était considéré comme gibier et nuisible, et il était consommé dans certaines régions au moment du carême, comme viande maigre, celui-ci se nourrissant de poissons). Ils sont malgré cela toujours tués par la chasse et le piégeage. C’est un animal vulnérable aux hivers rudes avec les eaux gelées, et les populations du Nord ont un taux de mortalité important pendant ces périodes froides. L’espèce est menacée par les changements dans son habitat, avec le drainage des zones humides, la déforestation et les troubles causés aux sites de nidification.

 

1265756_17e7bba7

 

Le héron dans l’Histoire :

 

Sans hérons, point de Versailles

Le roi Louis XIII lassé par ses piètres activités de chasse sur Paris décida de chercher un terrain de chasse plus approprié, à la campagne. Il se décida pour un endroit où se trouvait de nombreux hérons qu’il pouvait chasser avec ses faucons, c’est à cet endroit que fut construit le château de Versailles.

L’huile de patte de Héron

Longtemps on a cru que le héron attirait le poisson grâce à une substance secrétée par la peau de ses pattes.
L’homme, cet observateur jaloux a tout naturellement voulu s’emparer de ce prétendu pouvoir. Leurs échasses censées être magiques furent mises à bouillir. Il y a encore une quarantaine d’années, on vendait au prix de l’or dans les officines spécialisées des fioles d’huile de pattes de hérons.
Aujourd’hui, le mythe plane toujours, encore considéré comme un attractant pour les pêcheurs de carpes, les flacons vendus n’ont probablement d’huile de héron que le nom.

Le premier oiseau bagué

C’est à l’occasion de chasses royales, en France et ailleurs, que paradoxalement l’ornithologie fit un grand pas.
Lorsqu’un héron s’était bien défendu, avait apporté grand plaisir et difficultés, les chasseurs avaient l’habitude de le relâcher une fois marqué aux armes du maître d’équipage. C’est ainsi qu’un de ces oiseaux majestueux, marqué en 1651 par l’empereur d’Allemagne, fut repris plusieurs dizaines d’années plus tard et devint le premier oiseau bagué de l’histoire.

Cuisine

Il est protégé. Mais au XIVe siècle, les choses étaient différentes, le héron faisait parti des habitudes alimentaires.

Symbole

Pour les égyptiens anciens, il est symbole de résurrection et annonciateur de bonnes nouvelles.

Expressions

Cet oiseau a très sûrement inspiré l’expression « rester le bec dans l’eau » qui signifie « être déçu après avoir espéré quelque chose ».

Littérature

Le héron est érigé au Moyen-âge en symbole de lâcheté.
Il est ridiculisé par La Fontaine, dans la fable Le Héron et décrit par Buffon dans son Histoire naturelle comme un oiseau silencieux, renfermé, dont la « peine intérieure trace sa triste empreinte jusque sur sa figure ».

 

Chasse au héron Fromentin Musée CondéLa chasse au héron, Eugène Formentin

Publié dans AUTOUR DU BASSIN | Pas de Commentaire »

Le héron cendré (partie II : Risques de confusion)

Posté par Koi by Koi le 22 octobre 2014

Risques de confusion :

 

L’aigrette garzette : complètement blanche.

 

Aigrette

Le héron bihoreau : plus petit et nocturne.

 

Bihoreau

Le héron pourpré : attention, c’est lui qui lui ressemble le plus. Légèrement plus petit, il a les pattes et le plumage rougeâtres.

 

heron pourpre

 

Le héron crabier : beaucoup plus petit et de couleur oangée. Il a le bec gris qui devient bleu à la saison des amours.

 

Crabier

 

Le héron garde-boeufs : peu de confusion possible. Il est tout blanc avec le bec jaune. Il est très souvent en présence de bétail.

 

Hérongardeboeufs

Publié dans AUTOUR DU BASSIN | Pas de Commentaire »

Le héron cendré

Posté par Koi by Koi le 22 octobre 2014

Le héron cendré ( ardea cinerea )

Ordre des Pélécaniformes – Famille des Ardéidés

 

Le héron cendré est un échassier diurne. C’est un grand oiseau, majestueux lorsqu’il est debout au repos. Le haut de son corps est gris cendré et la face intérieure de son cou est blanche, striée de noir. Un « sourcil » noir se prolonge à l’arrière de la tête pour former deux longues plumes appelées « aigrettes » que seuls les adultes possèdent. Il possède de longues pattes jaunâtres ou grises, un long cou et un grand bec plutôt orangé en forme de dague (celui-ci devient rose à la base lorsque le printemps approche). Ses yeux sont jaunes. En vol, parfois haut en battant lentement des ailes qui sont alors bien arquées, on peut observer que les plumes principales des ailes sont foncées, presque noires (grisâtres).

Les jeunes ont un plumage plus terne : leur dos est gris brunâtre, leur cou est gris et leur ventre est blanc rayé noir. Ils n’ont pas de « huppe ». Les hérons acquièrent leur plumage d’adulte à l’âge de deux ans.

Chez le héron cendré, il est très difficile de distinguer les sexes : la femelle a simplement un plumet un peu plus court.

héron

Biométrie :

Hauteur : 90 à 98 cm

Envergure : 175 à 195 cm

Poids : 1 à 2 kg

Longévité : 25 ans

 

Il possède une excellente vue panoramique et une très bonne vision binoculaire frontale. Son ouïe, également très développée, le fait réagir au moindre bruit suspect.

 

Petit point sur l’ouïe des oiseaux :

 

« Au risque de vous étonner, si nos amis les oiseaux ne disposent pas de pavillons externes  (mis à part les rapaces diurnes) ils bénéficient en revanche d’une oreille interne particulièrement développée.

La structure de l’oreille interne des oiseaux est différente de celle des mammifères. Elle leur permet de percevoir deux sons séparés par un intervalle de deux millièmes de seconde, ce qui est dix fois mieux que la performance humaine ! En revanche, la gamme des sons audibles par les oiseaux est la même que celle de l’homme : les oiseaux ne perçoivent ni les infrasons, ni les ultrasons. »

 

heron

 

Publié dans AUTOUR DU BASSIN | Pas de Commentaire »

La combinaison UV/ozone pour le bassin de jardin ou la piscine

Posté par Koi by Koi le 14 octobre 2014

Retrouvez cet article sur notre nouveau blog

http://www.koibykoi.info/2018/01/08/78/

Publié dans LE MATERIEL DE BASSIN | Pas de Commentaire »

Choisir une pompe de bassin

Posté par Koi by Koi le 10 octobre 2014

Aller à la boutique

L’achat d’une pompe de bassin n’est pas un achat qui doit se faire dans la précipitation.

C’est un investissement à long terme.

Outre le choix d’une marque qui peut être un éventuel critère, il faut avant tout bien définir l’usage que vous souhaitez faire de cette pompe.

Pompe de filtration? Pompe de cascade? Pompe de circulation? Pompe de fontaine ou de jet d’eau?

La pompe qui agrémentera votre bassin n’aura ni la même puissance, ni le même débit suivant ce à quoi vous la destinez.

Aujourd’hui les constructeurs s’efforcent de proposer des moteurs qui consomment peu d’énergie, car il est évident qu’un fonctionnement en continu va avoir un impact non négligeable sur la facture énergétique.

Concernant une pompe dont l’objet est d’alimenter un filtre, il va falloir dans un premier temps établir le volume du bassin. On envisage qu’il est pertinent de renouveler l’eau en 1 heure pour des bassins dont la capacité est inférieure à 5m3. Entre 5 et 30m3, on peut renouveler l’eau en 2 heures, au delà de ce volume, on peut diminuer le temps de passage, à moins que le plan d’eau soit très peuplé (plus d’un koi/m3).

WallacepondCrédit photo Biofilter tech

Ceci établi, on a globalement le débit net, mais pour bien choisir la pompe il va être nécessaire de calculer les pertes de charges liées notamment à la longueur et au diamètre du tuyau d’alimentation utilisé ainsi qu’au dénivelé entre la surface du bassin et le point le plus haut du niveau filtre.

bassin perte de charge

Ces calculs étant établis vous obtenez le débit nécessaire de votre pompe en vous reportant aux diagrammes de pertes de charge des différents produits.

Nous établirons volontiers ces calculs pour vous!

Retrouvez nos pompes ici

Si vous souhaitez réaliser une cascade, il va dans ce cas être nécessaire de connaitre la largeur de votre lame d’eau pour connaitre le débit à y faire circuler pour obtenir un bel effet. Viennent ensuite les mêmes calculs de pertes de charge que précédemment.

2640539599_4fd1010aed_mcrédit photo Richard Taylor

Pour la circulation, le brassage, on tiendra essentiellement compte du volume et de la surface de votre bassin.

Et enfin, pour tout ce qui concerne la déco, fontaine, jet d’eau, c’est surtout la surface de votre bassin qui va être importante. En effet ces effets de projection étant très sensible au vent, si on met en place une pompe trop puissante, une perte d’eau sous l’action du vent sera probable.

jet d'eau

Contactez nous pour plus d’informations!

 

 

 

Publié dans LE MATERIEL DE BASSIN, LES CONSEILS | Pas de Commentaire »

Nourriture d’automne pour koi

Posté par Koi by Koi le 1 octobre 2014

Avec l’automne qui s’installe, les températures de l’eau de nos bassins sont en baisse. Dans cette première phase de la saison, nos koi restent encore bien actives et affamées. Puis progressivement leur activité va ralentir, elles auront moins de besoins énergétiques et surtout moins d’enzymes pour digérer l’alimentation que nous leur apporterons.

 

DSCI0485(1)

En effet nos koi étant des animaux à sang froid (poïkilothermes) leur métabolisme est régi par la température de l’eau environnante. A mesure que l’eau se refroidit, ils deviendront moins actifs et chercheront moins de nourriture. Leur système digestif sera moins capable de transformer les aliments à des températures plus basses, et alors de la nourriture risque de stagner dans l’intestin. Si cela dure, cela devient potentiellement dangereux pour vos poissons!

Lorsque les températures seront inférieures à 8°C, il est temps de stopper l’alimentation, même si nos poissons viennent encore réclamer.

Que se passerait-il si on continuait à nourrir nos koi à basse température me direz-vous? Tout simplement, une partie de l’aliment absorbé sera évacué sous forme d’excrément certainement, mais une autre partie restera dans les entrailles, provoquant une fermentation, qui engendra dans un premier temps plus ou moins d’inconfort pour les carpe, puis ces restes « pourriront ».  Ceci pourra à l’évidence engendrer des dégâts internes.

En attendant, choisir une alimentation adaptée pour l’automne permet à vos carpes de continuer à s’alimenter tout en allégeant leur digestion lorsque les températures sont en dessous de 14°C. Pour cela, les nourritures à base de germe de blé, moins riches en protéines animales apportent l’énergie indispensable sans risquer de troubles de digestion. Il est à noter que la filtration, la température baissant, va également devenir de moins en moins performante, l’allègement de la nourriture sera donc également bénéfique pour son fonctionnement.

colombo-wheat-germ-medium-1-kgcolombo wheat germ

 

Pour ces dernières semaines de « festin », il est pertinent d’apporter un petit supplément vitaminé qui permettra de doper le système immunitaire avant l’hiver. Cette petite cure sera à renouveler au début du printemps. L’adjonction de propolis dans les pellets peut également s’avérer intéressante, ce composé naturel, issu des ruchers ayant à la fois des propriétés antibiotiques et antifongiques.

Pour utiliser nos vitamines vitaspray, voici une petite vidéo

Image de prévisualisation YouTube

 

Vous pouvez également diluer les vitamines et les gouttes de propolis dans un peu de jus d’orange puis laisser tremper vos granulés dans ce mélange pendant quelques minutes. Les granulés imbibés sont ensuite donnés aux poissons.

DSCI1112

propolis-250ml

En conclusion, il faut garder à l’esprit que les carpes koi ne sont pas comme nous et peuvent jeûner plusieurs mois sans conséquence grave (en tout cas avec des conséquences moindres que celles provoquées par une fermentation de la nourriture dans les entrailles). Elles utiliseront les réserves emmagasinées durant les saisons chaudes! C’est pour cela qu’une alimentation de qualité et adaptée aux différentes saisons et des suppléments vitaminiques sont fondamentaux.

Donc entre 14 et 8°C on alimente moins avec une nourriture adaptée à la température, on « booste » avec vitamines et propolis.

En dessous de 8°C, on cesse de nourrir!!

Et quand vous aurez fini la cure vitaminée de vos koi, pensez à vous!

Propolis et vitamines sont aussi un excellent moyen pour nous de lutter contre les maladies de l’hiver!!

 

 

Publié dans LES CONSEILS | Pas de Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus