ANAREX BIO ALOE VERA

Posté par Koi by Koi le 23 juin 2015

Les bienfaits de l’aloe vera pour les poissons

Nouveau dans notre boutique, l’Aloe Vera de la célèbre enseigne Anarex Bio.

anarexbio-aloe-vera

100%bio

L’aloe vera appartient à la famille des Liliacées (tout comme l’ail, la ciboulette, l’oignon, l’asperge, la tulipe, le lys) et fait partie de la classe des Monocotylédones. Il est souvent nommé Aloès ou encore Lys du désert.

aloe-vera-plante

L’aloe vera est une plante arborescente de 60 à 80 cm de hauteur. Ces racines sont peu profondes et sa tige est très courte et ligneuse. Celle-ci porte un faisceau de feuilles charnues lisses et de couleur verte. Facilement reconnaissable à sa section triangulaire et aux extrémités pointues, les plus grandes feuilles sont capables d’atteindre 80 cm de hauteur et 10 cm dans leur plus grande largeur. Qui s’y frotte s’y pique, leurs bords sont munis d’épines.

Au coeur de la feuille de l’aloe vera se trouve sous un derme cellulosique dans lequel circule une sève rouge brunâtre, une pulpe épaisse, que l’on qualifiera de « parenchyme mucilagineux » incolore: c’est cette partie qui est utilisée pour ses propriétés thérapeutiques.

aloe vera

COMPOSITION
Depuis au moins 5000 ans, un peu partout dans le monde, l’homme utilise l’Aloès pour prévenir ou soigner nombre de ses maux. Cet usage paramédical était jusque dans la seconde moitié du 19ème siècle basé sur l’observation humaine des effets obtenus. Mais en 1850 les scientifiques se sont attachés à découvrir notamment l’origine de ses propriétés digestives et ont ainsi isolé une substance qu’ils ont nommé l’aloïne.

Aloin_structure

Dans les années 30, les recherches se sont poursuivies pour continuer à identifier d’autres molécules aux vertus curatives.

Actuellement ont peut notamment isoler de la pulpe d’aloe vera les substances suivantes:

*Dérivés anthracéniques (spécifique de la sève)

*Mono et polysaccharides : cellulose, glucose, mannose, aldonentose

*Acides aminés : acide glutanique, acide aspartique, alanine, arginine, cystine, glycine ou glycocolle, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, sérine, thréonine, tyrosine et valine

*Minéraux et oligo-éléments : calcium, chlore, cuivre, chrome, fer, lithium, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, sodium, zinc
Vitamines : A, B1, B2, B3, B6, B9, B12, C, E

*Enzymes ou diastases : amylase, catalase, cellulase, lipase, oxydase et phosphatases

*Autres constituants : aloésine, aloénine, acide cinnamique, acide chrysophanique, résistanol (dérivé alcoolique de l’acide cinnamique), lignine, saponines, choline, huiles volatiles, etc.

Impressionnant, non?

VERTUS THERAPEUTIQUES

Ses actions hémostatiques, anesthésiques, bactéricides, cicatrisantes et anti-inflammatoires font de l’aloe vera un excellent candidats dans la guérisons des petites plaies, des ulcères sur nos poissons.

Donné en complément alimentaire, la pulpe de l’aloe vera apporte un appoint en éléments vitaux dont les acides aminés, minéraux et oligo-éléments, vitamines, etc. La richesse qualitative de cet apport augmente la résistance biologique du poisson et lui permet ainsi de mieux résister aux agressions du milieu telles que les attaques bactériennes, parasitaires ou fongiques dont il est en permanence l’objet.

Avec l’aloe vera, la production de mucus sera stimulée, phénomène fondamental, notamment après un traitement qui l’élimine tout ou partie, laissant le poisson en proie aux attaques extérieures.

Enfin, la présence d’enzymes peut aider dans la phase de digestion du poisson, permettant une meilleure absorption des nutriment, limitant la fermentation.

Il est à noter également l’usage de l’aloe vera comme anti stress pour nos poissons.
koi en bonne sante

L’aloe Vera d’anarex bio est donc le complément alimentaire indispensable pour vos poissons, notamment vos carpes koi!

Publié dans Soins du koi | 2 Commentaires »

Saprolegnia

Posté par Koi by Koi le 2 mai 2013

Saprolegnia est un champignon qui se fixe sur les poissons, formant une sorte de couche cotonneuse blanchâtre ou grisâtre. Avec le temps, cette masse, si on n’intervient pas, peut devenir brunâtre ou verdâtre (fixation d’algues).

Appelé aussi fungus, cette affection est, dans la plupart des cas, un phénomène secondaire, faisant suite à un problème principal tel qu’une blessure, une attaque parasitaire, bactérienne, une eau de mauvaise qualité, une piètre alimentation…, le champignon profitant de la faiblesse immunitaire du poisson pour s’installer. Le champignon peut finir par s’installer à l’intérieur de l’animal.

Le traitement de saprolegnia doit impérativement s’accompagner de la recherche et de l’éradication du problème initial.

Il est prudent d’isoler le poisson atteint, des milliers de spores libres risquant de contaminer le reste de votre collection.

Si plusieurs poissons sont atteints, il sera alors sage de traiter l’ensemble du bassin.

Soins:

Nettoyage de la zone atteinte avec un antiseptique

Bains au sel ou au permanganate de potassium

Traitement à base de vert de malachite

Séchage et protection des lésions pour éviter un nouveau développement

 

Nous ne donnons volontairement aucune posologie ici.

 

Publié dans Soins du koi | Pas de Commentaire »

Les signes d’alerte

Posté par Koi by Koi le 1 mai 2013

L’observation de son bassin est toujours source de bonheur et de plaisir. Il faut malgré tout garder un oeil averti sur ses koi pour prévenir tout problème.

La période printanière est souvent source de maladie, les koi sortent affaiblies de l’hiver (surtout si celui-ci a été long voire rigoureux), et, avec le réchauffement de l’eau, les germes pathogènes et autres parasites peuvent se développer rapidement quand le poisson voit son système immunitaire encore peu efficace.

Pour éviter que les ennuis ne prennent des proportions majeures, il est bon d’être vigilant et de guetter les signes alarmants:

  •  Le miroitement: Les poissons peuvent spontanément miroiter. Si cette attitude est fréquente, il peut y avoir un problème. Le poisson subit des démangeaisons et tente de se gratter. La cause la plus fréquente de ce comportement est d’origine parasitaire. Les autres causes peuvent être un changement soudain dans les paramètres de l’eau ou la présence d’une toxine.
  • Les nageoires serrées: ceci peut signaler une maladie, le stress, une incompatibilité ou un problème parasitaire. Un poisson qui nage avec les nageoires près du corps devrait être sorti du bassin pour un contrôle de parasite.
  • L’isolement: Le poisson qui reste près du fond, en particulier si il reste à l’écart du reste de la collection peut être soit atteint d’une maladie de la vessie natatoire, soit infecté par des parasites ou une maladie bactérienne.
  • La perte d’appétit: Cela peut se produire par temps froid, mais cela peut aussi être le signe d’une infection bactérienne, de présence de parasites, d’une qualité de l’eau inacceptable ou de stress.
  • Le pourrissement des nageoires: Ces symptômes peuvent être causés par des parasites, des bactéries ainsi que des traitements chimiques agressifs. Les brûlures chimiques provoquent plutôt des bords blancs sur des nageoires effilochées tandis que les infections provoquent des bords rouges.
  • La peau et/ou le corps abimés: Ces dommages sur la peau, les nageoires, les yeux, la bouche et les opercules, ainsi que des écailles manquantes peuvent être dus à divers facteurs tels que les parasites, les infections bactériennes, les blessures par frottement ou les prédateurs.
  • L’apparence gonflée: Cela ne se réfère pas à la femelle normale dont l’abdomen est distendu avec des oeufs. Une apparence ballonnée anormale, surtout si elle est accompagnée par des écailles décollées (pomme de pin), indique généralement une hydropisie. Ceci peut être causé par une infection, une inflammation, une insuffisance rénale ou une rupture des ovaires.
  • Les changements dans les yeux  (yeux enfoncés/yeux saillants): Un aspect voilé peut être une indication d’un oeil endommagé / blessé ou une infection par le parasite Ligula. La saillie de l’œil peut être un symptôme de branchies endommagées, de dysfonctionnements au niveau du foie ou des reins. Les yeux globuleux peuvent aussi être une étape initiale de l’hydropisie.
  • Les changements dans la forme du corps et la perte de poids:  Une modification de la forme du corps où une bosse est visible sur un côté de l’abdomen peut indiquer une tumeur. Une intervention chirurgicale majeure sera nécessaire et le taux de réussite est très faible. La perte de poids dans la mesure où un poisson peut paraître amaigri peut être due à une infection bactérienne, les parasites ou le Mycobacterium redouté qui est potentiellement contagieux pour l’homme. Des grumeaux cireux et ressemblant à des verrues plus petites peuvent être causées par une infection virale.
  • Le corps déformé: Le dos voûté, tordu, en forme de Z peuvent être associés à un coup de foudre, un choc électrique, mais aussi à la carence en vitamines et parfois à un excès d’organophosphates. Une manipulation brutale des très jeunes alevins, entraînent souvent  le dos tordu lorsque le poisson se développe.
  • Les changements de couleur: Les changements de couleur qui sont génétiquement contrôlées sont normaux. La couleur peut également changer à travers les effets de l’alimentation, les facteurs hormonaux, facteurs environnementaux et la santé globale. Attention une rougeur de la peau est indicative d’une infection parasitaire ou bactérienne.
  • Le mouvement anormal des branchies (trop rapide / lent): Une respiration rapide peut être un signe de manque d’oxygène dans l’eau, de toxines dans l’eau, ou de parasites sur les branchies ou une infection bactérienne des branchies. Une respiration lente peut s’observer quand un poisson est anesthésié ou sur le point de mourir.
  • La nage en spirale ou en cercles serrés: Ce type de comportement indique généralement qu’il y a un dysfonction neurologique, des parasites internes ou des dommages à l’oreille interne / ligne latérale des poissons.
  • Problème de flottaison: La cause la plus fréquente de ce comportement est une maladie de la vessie natatoire. Il peut s’agir d’une inflammation, infection par des bactéries ou des champignons ou le fait qu’elle contienne de l’eau. Une autre raison de ce comportement peut être une infection de Trichodina avancé.

NE TRAITEZ PAS AU HASARD!

Quoiqu’il en soit, le diagnostique est essentiel avant toute mise en oeuvre d’un traitement. Utiliser des substances médicamenteuses à l’aveuglette, d’une part ne soignera pas votre poisson si elles ne sont pas adaptées au problème, et d’autre part, risque d’induire des phénomènes de résistances, rendant les traitements inefficaces dans un usage ultérieur( antibiotiques par exemple).

 

Dans le doute, il est toujours préférable de demander conseil à un vétérinaire ou un spécialiste.

Publié dans Soins du koi | Pas de Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus